Titi Robin | 3. Farımaz – Rumba Türkmen / « Farımaz » – rumba turkmène

3. Farımaz – Rumba Türkmen / « Farımaz » – rumba turkmène ()

texte: traditionnel / musique: Thierry Robin

chant: Özlem Taner / guitare: Titi Robin / accordéon: Muammer Ketencoğlu / clarinette: Hasan Yarımdünya / percussions: İzzet Kızıl

« Inlassable mon cœur fougueux est inlassable / Les larmes de mes yeux coulent toujours, intarissables / En ces contrées, mon règne ne vaut rien / Elle s’est enfuie et je n’ai pu admirer sa taille / Elle est si jeune, je n’ai pu connaitre son caractère / Au sommet de l’auguste montagne, c’est la saison des violettes  / Chez ces belles, il n’existe plus ni foi ni pitié / Oh mon père, de pitié / Elle s’est enfuie et je n’ai pu admirer sa taille / Elle est si jeune, je n’ai pu connaitre son caractère, ô aimée. »

Nous avons enregistré cette mélodie en forme de rumba gitane à la mode turkmène de manière très spontanée. Nous étions autour de la table de la cuisine chez Sinan Hoca et Fatma Abla nous régalait de ses petits plats (comme sa soupe de lentilles arrosée de jus de citron frais!). J’ai proposé une nouvelle mélodie originale à Özlem qui, en quelques secondes, a eu l’intuition de cette poésie traditionnelle. Muammer a tout de suite habillé l’arrangement de son accordéon si sensible et Hasan Yarimdünya a improvisé avec sa finesse coutumière. Cette fraîcheur donne tout le charme de ce morceau.